68ème Session du Comité Exécutif du HCR à Genève : La République de Djibouti présente un bilan honorable

Posted on Oct 8 2018 - 7:58 by Editor

LA NATÍON

7 Octobre 2018

Au cours de la 68ème session du Comité exécutif du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) qui s’est tenue du 1er au 5 octobre 2018 à Genève, en Suisse, le ministre de l’Intérieur, Hassan Omar Mohamed,  a été acclamé pour le bilan honorable de la République de Djibouti en matière d’intégration et d’inclusion des réfugiés dans les systèmes de santé, d’éducation et de la vie civile.

A la tête d’une délégation nationale, forte de plusieurs personnalités, le ministre de l’Intérieur, Hassan Omar Mohamed, a pris part aux travaux de la 68ème session du Comité exécutif du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) qui s’est déroulée du 1er au 5 octobre 2018 à Genève, en Suisse. Ce faisant, il était entouré de l’ambassadrice de Djibouti accredité à Genève et  représentante permanente auprès des Nations-Unies et d’autres organisations internationales, Kadra Ahmed Hassan, du secrétaire exécutif de l’Office national d’assistance aux réfugiés et sinistrés (ONARS), Houssein Hassan Darar, et du conseiller au sein de notre chancellerie diplomatique à Genève, Houmed-Gaba Maki Houmed-Gaba. Autant dire que notre pays n’a pas joué les faire valoir lors de ces assises. Loin s’en faut ! Malgré un ordre du jour plutôt chargé et des échanges assez vifs et soutenus,  le ministre djiboutien de l’Intérieur a prononcé un important discours devant le Comité exécutif du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Protocole oblige. Il a d’abord souscrit au bien-fondé de la déclaration faite au nom du groupe africain, avant de se prévaloir du bilan honorable de la République de Djibouti en matière d’intégration et d’inclusion des réfugiés dans les systèmes de santé, d’éducation et de la vie civile conformément à la promesse faite par le chef de l’Etat djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh, à New York.

… Djibouti, élève modèle. Le ministre Hassan Omar Mohamed s’est félicité de la culture d’hospitalité de son pays qui a toujours gardé ouvert ses frontières aux réfugiés en faisant montre d’une solidarité agissante et désintéressée qui cherche seulement à atténuer les souffrances et les douleurs nées des crises humanitaires dans la région. « Et quelle meilleur réconfort que de la dynamique de paix et d’apaisement qui balaie l’ensemble des pays de la Corne d’Afrique jadis tourmentée par les tensions, les guerres et les catastrophes en tous genres », a-t-il lancé à l’endroit de son auditoire. Le ministre a savouré cette belle victoire de son pays, la République de Djibouti qui « a toujours défendu la paix à travers ses efforts diplomatiques. » Des efforts diplomatiques qui se poursuivront pour renforcer et maintenir la paix dans la région, a-t-il promis.  Car pour le ministre, « si la paix et la stabilité reviennent dans notre région, il est évident que les brutalités qui ont causé les mouvements de populations décroîtront considérablement ». Tant et si bien, a-t-il conclu que « moins de tensions et moins de conflits induiront inévitablement un tarissement du phénomène des migrations, des réfugiés ». Son mot de fin fut pour les réfugiés qu’il a espéré voir retourner volontairement dans leurs pays d’origine de manière plus rapide avec cette « normalisation des relations entre les différents pays de la  Corne de l’Afrique».

Très en verve, M. Hassan Omar Mohamed a vivement remercié le HCR pour ses efforts louables pour accompagner les autorités publiques et l’ONARS dans la politique de protection et d’assistance apportées aux réfugiés à Djibouti. L’occasion pour lui d’appeler à faire davantage pour aider Djibouti « à offrir un cadre encore plus propice à l’accueil et à l’assistance des demandeurs d’asile notamment par la mobilisation de financement pour la mise en œuvre du Pacte Mondial en particulier pour les pays appliquant le CRRF ».

En réponse, le Haut-commissaire des Nations-Unies aux réfugiés, Filippo Grandi, a exprimé sa gratitude envers la République de Djibouti et l’a félicité pour sa politique visionnaire tout en soulignant les efforts et les réalisations concrètes entreprises en faveur des refugiées à Djibouti notamment avec la loi sur les refugiées et l’insertion dans le système éducatif nationale des refugiées.

… Le réquisitoire de Filippo Grandi sur les défaillances de la gouvernance mondiale. Rappelons que la patronne du Comité Exécutif du HCR,  Suraya Dalil, ambassadrice représentante permanente de la mission d’Afghanistan avait expédié la cérémonie d’ouverture et l’adoption de l’ordre du jour. Une manière de laisser le patron du HCR dire quelques vérités dérangeantes devant l’assistance. Dans une déclaration liminaire qu’il a faite, le Haut commissaire des Nations-Unies pour les refugiés, M. Filippo Grandi, s’est livré à un véritable réquisitoire contre « les défaillances au niveau de la gouvernance mondiale » qui, a-t-il dit « ont laissé des espaces aux extrémistes et aux criminels, donnant lieu à la discrimination, au racisme et à la xénophobie à l’encontre des réfugiés et des migrants ». Un signal d’alarme sur l’urgence de la situation des refugiées de par le monde, qui contrastait avec les ambitions des grandes orientations stratégiques du HCR.M. Grandi a surtout fustigé le comportement des « dirigeants politiques » qui «au lieu de s’efforcer d’unir, se contentent très souvent aujourd’hui de diviser ». Un véritable scandale, selon lui, puisque cela va à l’encontre des principes et des valeurs de la coopération internationale. Ce cri d’alarme était justifié « par la hausse inédite de près d’un cinquième du nombre des refugiées dans le monde qui a dépassé pour la première fois la barre de 25 millions », selon les chiffres avancés par le Haut-commissaire.

Malgré autant de contraintes, M. Grandi a tenu tout de même à mettre un bémol à son constat, lorsqu’il a reconnu que  le multilatéralisme tient bon et la Déclaration de New York reste un jalon important, c’est-à-dire un engagement politique au plus haut niveau, fondé sur les normes de la coopération internationale et de la protection des réfugiés a-t-il poursuivi. A ce titre, il a souligné que le Pacte mondial sur les réfugiés, qui sera adopté prochainement lors de l’Assemblée Générale des Nations-Unies, trace clairement la voie à suivre, grâce à un modèle de réponse plus solide, plus juste et mieux élaboré a indiqué le Haut-commissaire.

…Les préoccupations des pays d’Afrique. Après cette intervention peu complaisante du patron du HCR, l’Ouganda a fait une déclaration au nom du Groupe africain. L’occasion de plaider pour la non-diminution des ressources financières dans le budget 2019-2020  alloué à l’Afrique et une meilleure prise en compte des besoins du continent dans les financements additionnels. C’était dans le cadre du débat Général au point 3 de l’ordre du jour.  Le représentant de l’Ouganda a rappelé qu’actuellement les pays en développement accueillent 85% des refugiées dans le monde et que 84% de ces refugiées sont accueillis par le continent africain malgré les moyens limités des pays africains qui font face à des défis et difficultés internes.

En outre, l’Ouganda a exprimé la préoccupation de l’Afrique sur le fait que les contributions volontaires reçus pour les activités menées en Afrique ne représentent que 18% des activités financées par le HCR à la fin du mois d’Août comme indiqué dans le rapport des opérations du HCR en Afrique.

Après les séances du débat général, le comité exécutif a examiné et adopté les rapports des travaux du Comité permanent sur la Protection internationale, le budget-programmes 2018-2019 (révisé), la gestion, le contrôle financier et administratif.

Par ailleurs, le conseil exécutif s’est penché sur les consultations annuelles avec les organisations non gouvernementales, le calendrier des réunions du Comité permanent en 2019, et l’ordre du jour provisoire de la 69ème session du Comité exécutif du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.Enfin, cette instance exécutive du HCR  a procédé à l’élection du nouveau bureau et à l’adoption du rapport de sa 68ème session qui s’est clôturée le vendredi 5 octobre 2018 à Genève, en Suisse.

http://www.lanationdj.com/68eme-session-du-comite-executif-du-hcr-a-geneve-la-republique-de-djibouti-presente-un-bilan-honorable/

About the Author